POINT DE VUE

– Lucie Laffitte

Mon objectif est de créer de un à trois modules qui se trouveront à disposition des passants sur le boulevard des Pyrénées (et plus particulièrement la partie où sont implantés les drapeaux), afin de leur permettre de changer de point de vue dans l’espace publique. À la manière d’un décor qui vient se greffer dans la ville lors d’un tournage, et avec l’idée de point de vue que peut donner à voir un réalisateur, je viendrai poser ces modules qui s’adapterait au mobilier urbain déjà présent. Le but de mon installation est de donner à l’usager un nouveau point de vue sur l’espace environnant. Ainsi une nouvelle lecture de l’espace publique se crée. Je prendrais grâce à ces modules la place du réalisateur qui oriente et dirige le regard du spectateur grâce à ces cameras et donne une lecture de l’espace peu courante pour l’usager. Dans le film «Et vint le jour de la vengeance» les Pyrénées occupent une grande place, elles sont la frontière, la limite. Le boulevard des Pyrénées est un point de vue réputé sur cette barrière naturelle. De plus un passage du film se déroulesur celui-ci, mais aussi dans la gare que l’on peu observer du boulevard étant. Il me semblait donc important d’intervenir dans cet espace, pour marquer le lien entre le film et mon intervention dans Pau.